Le principe de la régularité

Le principe:

Un rallye de régularité  est un rallye automobile où l'objectif est de s'approcher le plus possible d'un temps idéal pour effectuer un trajet défini. La vitesse moyenne est généralement inférieure à 50 km/h. Ces compétitions sont plutôt réservées à des véhicules anciens. Il est rare de pouvoir participer ou être classé dans certaines épreuves pour des véhicules de moins de 25 ou 30 ans. Si la vitesse n'est pas un élément de sélection, la navigation et le respect minutieux de la vitesse moyenne le sont. Dans certaines épreuves de niveau international, comme le Rallye Monte Carlo Historique ou le tour de Corse Historique, les temps de passage sont pris à mieux que le dixième de seconde.

Ces rallyes peuvent s'organiser sous deux principes différents. Le premier sous des règles définies par la Fédération Française de Sport Automobile (FFSA) en accord avec les règles de la Fédération Internationale de l'Automobile (FIA). Le deuxième répond à des règles fixées par la Fédération Française de Véhicules d'Epoque (FFVE).

Les rallyes type FFSA VHR et type FFVE sont organisés sur routes ouvertes.

Les rallyes type FFSA VHRS sont organisés en "doublure" d'un rallye, généralement régional et sur routes fermées.

 

Ma méthode:

La question qui s'est posée il y a 10 ans pour que je me lance dans ces types de rallyes :

Que doit je faire pour être efficace et performant dans ces rallyes?

  1. Ne pas être pilote mais copilote afin de mettre en place une mêthode de contrôle et de régule efficace et précise (80% de la réussite du rallye).
  2. Avoir mon véhicule (petit gabarit et nerveux pour enchainer les virages sans perdre de temps). Cela m'a permi d'avoir un véhicule que je connais, que je sais réparer et que j'ai fiabilisé. Mon choix s'est porté sur une Fiat 127 70 hp de 1979. Elle ne paye pas de mine mais elle est très efficace et assez nerveuse (même équipement et comportement moteur proche de l'A112 abarth).
  3. Mettre au volant une personne qui maîtrise la conduite sportive.
  4. Etre amoureux de la vieille mécanique et de l'histoire de l'automobile: Pour ça, pas de problème...

Pour la suite, j'ai rapidement copiloté d'autres personnes mieux équipées, mais la méthode n'a pas changé. Elle s'est seulement ajustée....

Après le tout est d'affiner le travail du copilote...mais ça c'est un secret...